Lutte anti-tabagisme : la Corée du Sud plus efficace que la France ?

 

Le paquet neutre français. http://solidarites-sante.gouv.fr/  | Un paquet de cigarettes sud-coréen. www.mohw.go.kr/

La lutte contre le tabagisme remonte aux années 1950, à l’époque de la publication des premières études anglo-saxonnes démontrant les effets nocifs du tabac sur la santé des consommateurs. Des politiques publiques ont alors été adoptées à différents niveaux, notamment international avec la Convention-Cadre de l’OMS pour la Lutte Anti-Tabac, ratifiée en 2003 par 181 pays dont la France et la Corée du Sud. Comment ces deux pays s’y prennent pour respecter leur engagement dans la lutte contre le tabac ? Les politiques publiques nationales respectives déployées sont-elles efficaces ? La comparaison de la lutte contre le tabagisme en France et en Corée du Sud, deux pays aux cultures et normes sociales très différentes, permettra en outre de faire émerger les différentes raisons de la réussite ou de l’échec des politiques publiques en matière de lutte contre le tabagisme, à commencer par l’importance du rôle des différents acteurs.

Lire la suite

Lisbonne. Wanna weed, coke, MD… ?

Jean-Marc Pasquet

La Rua dos Anjos dans le quartier de la Mouraria à Lisbonne
Photo : Jean-Marc Pasquet

Correspondance. Comment la dépénalisation associée à une politique de prévention et à un accompagnement des personnes dépendantes a conduit à une baisse de la consommation de drogue et de la criminalité qui lui est associée au Portugal. Un exemple à suivre ?

Lire la suite

Politiques publiques de lutte contre la drogue: de la répression à l’accompagnement ?

D’après la définition de l’Organisation Mondiale de la Santé parue en 1967, « les drogues sont des substances naturelles ou artificielles en mesure de modifier la psychologie et l’activité mentale des êtres humains. » Certaines de ces substances dites « psychoactives » ont un usage réglementé, tels que le tabac ou l’alcool. Néanmoins, la plupart d’entre elles restent illégales en France. Lire la suite

Les bébés controversés ou la GPA

La Gestation Pour Autrui en tant que méthode de procréation se pratique généralement lorsqu’une femme n’a pas la possibilité médicale de mener à bien une grossesse. Cette dernière fait donc appel à une mère porteuse pour s’occuper du développement in utero de l’enfant. Les parents d’intention peuvent être les parents biologiques de l’enfant s’ils ont tous les deux fourni les gamètes à l’origine de l’embryon, partiellement s’il y a eu don d’ovocyte ou de sperme, ou n’avoir aucun lien génétique s’ils ont eu recours à deux dons de gamètes. En droit français, la GPA est régie par les lois relatives à la bioéthique[1]. Lire la suite