De l’Etat de droit à l’état d’urgence : la lutte contre le terrorisme, en France, suite aux attentats de janvier 2015

L’état d’urgence toujours en vigueur dans l’agglomération parisienne en mars 2016

Le terrorisme, un constat accablant

Dans l’article premier de la Convention pour la prévention et la répression du terrorisme adoptée par la Société des Nations le 16 novembre 1937, les 24 États membres définissent les actes terroristes comme s’agissant de « faits criminels dirigés contre un État et dont les fins ou la nature consistent à provoquer la terreur à l’encontre de personnes déterminées, de groupes de personnes ou du public ».[1] Lire la suite